主要介绍其预防性、抢救性考古发掘过程中所使

作者:文物考古学

田野与实验室考古的创新措施

时间:2016年2月29日

来源:法国国立预防性考古研究所(Inrap)

翻译:阡陌

链接:http://www.inrap.fr/des-demarche ... n-laboratoire-9849#

译者按:本文为法国国立预防性考古研究所(Inrap)网站所编所载,实际意在宣传推广机构本身,主要介绍其预防性、抢救性考古发掘过程中所使用的“创新”措施和方法,此处之创新,立足于技术层面;然而不论外化,在组织和思维层面,本文也值得我们思考。文中所记述之方法、科技未必先进于我国,可促成相关举措的思想以及规程化和一致性,甚至考古发掘的组织、记录、传播与公利、公益、公众性质的切合,或可采撷以作他山之石。Inrap所用之口号——“NOUSFOUILLONS C’EST VOTRE HISTOIRE”,意为“我们发掘的是你们的历史”,也试图唤起公众对考古发掘、考古研究的社会和历史意义的理解与重视,因而此处之“你们”可以是“我们”——“我们”也同样可以是“你们”——更如小站所秉持的信念——是“全人类”所应给予和获得之“关怀”。

作为预防性考古研究的核心参与者,Inrap主张在其工作中使用创新方法与举措以发掘更加高质可靠的信息。研究所致力于持续提高和改进团队所遵循之技术流程(勘探、剥离、登记、取样、筛选等等),并优化调整从勘测到多样史料考证等各环节中使用的方法。

从数据的采集到最后的传播,Inrap的考古研究工作经历了全线的、巨大的数字化变革。所有收集到的数据都须进行登记储存,以方便后续研究的顺利展开,因为考古学家们必须不断回溯核查其工作过程,以期在漫漫历史长河里漂浮的蛛丝马迹中找到最贴近真实的线索。

遗迹的发掘与呈现

在田野或是在实验室,考古研究都开始于研究目标的定位。实地干预一旦进行就是不可逆的,所以专家需要提前分析所有可以使用的技术手段以选取最佳的遗址发掘方案。从诊断阶段的全局总揽到发掘阶段的分别细化,Inrap的考古学家们需要不停地关联各式信息,以便检测、鉴定和充分了解有利于古物保存的特定环境。

勘测和初步研究

传统的步行勘测与空中勘测如今在Inrap已经较少使用了,取而代之的方法包括:地球物理勘探,可以用于厘清人类居住范围及相应自然环境的延伸与变化;LIDAR(光学雷达)数据分析,主要用于在少受农耕文明影响或被森林覆盖的区域内寻找可能存在的与人类活动相关的微地形。

文献研究旨在收集信息以获知一个地区的潜在的考古研究可能性,这一方法如今依然能其到决定性的作用,尤其是在古老的城市中心。图片 1 Vallée de l'Oise地区的电磁勘探.

图片 2 这种方法使得我们了解土壤粘粒的变化信息,并有助于了解古代地貌。 Guillaume Hulin, Inrap, 2012

图片 3

2012年在Touzeau(萨尔特省),使用液压挖掘机在一组冶金炉遗址中作业。 Alexandre Ray, Inrap图片 4 在照片记录前进行精细发掘和吸尘器沉积物收集。  Hervé Paitier, Inrap

图片 5 Aube物流园区的筛沙站。 Vincent Riquier, Inrap, 2006

图片 6

Noyon项目(Seine-Escaut运河工程)中进行平板电脑上录入。 Marjolaine de Muylder, Inrap

诊断、调查与发掘

机械钻探活动中的绝大多数发现都得益于革命性的液压挖掘机使用。沉积物的剥离使我们得以找到最具价值的痕迹。考古工地上小型工程机械(挖掘机、翻斗车)和诸如吸尘器、扫帚或者手提钻等工具的使用不断完善。实际上,不论使用哪种技术方案,作业过程中取得的科研材料质量的高低,关键取决于我们能否正确地使用这些技术。各类器材的使用范围根据情况的不同经常被重新定义或扩展,Inrap的考古学家需要了解其类型、特点和使用条件。

异地作业(实验室考古?)

筛分是异地作业的一种形式,大量沉积物被从原环境取出,并进行筛选过滤,以甄别出其中的自然部分(鱼鳞、种子等)和人造部分(微晶等)。这一过程涉及到专门的设施和作业组织,也需要具有前瞻性的研究策略。

最常用的异地作业是整体提取迁移(之后在实验室进行研究)到更为合适的环境中:温度、湿度、测量、取景、电脑记录以及参考资料的获取等。比如外科学介入、X光成像分析、计算机断层扫描分析等手段使我们在实际发掘阶段前就可以进行深入的诊断。

图片 7

图片 8 铁制的嚼子和其X光成像, Claraiserie栖所,公元前2世纪至公元1世纪,Ossé地区(Ile-et-Vilaine省),2013年。高卢人以马为坐骑,而此物也可套牛以耕地。  Emilie Godet, Inrap

图片 9 电子计算机断层扫描(CT)哈尔施塔特文化末期火化现场(Guipry地区”La Bizaie“项目,Ille-et-Vilaine省,负责人L. Aubry)以及其中遗留的衿针。定量计算机断层摄影所获得的放射密度数值表对应多种不同材质。遗存中提取的衿针和其3D打印副本。 Inrap, Image ET, IRISA, IRMA计划

采集工具与方法

在Inrap, 数据采集是基于多种技术工具和方法的有机结合的:

·        地形(位置、海拔)

·        地球物理(地下结构)

·        摄影

·        绘图(手动、矢量)

·        3D扫描(摄影测量、激光扫描)

·        土地信息数据库

·        地理信息系统(GIS)

·        统计

·        提取及相关技术(沉积物、文物、生态证据)

·        分析(成分、组织、测年等)

数据的处理

主要介绍其预防性、抢救性考古发掘过程中所使用的。收集到的数据可以使我们妥善保存实地观察所得的讯息以及相对应的解读,它包含多种不同形式,构成了后续研究单一遗址或遗址群整体的原始资料,其形式包括:单元记录描述(地层单元、事件、结构、集合等)、照片、提取,以及复制与测绘(地测、绘图、激光扫描、摄影测量等)。

为了达到更科学、有效的处理效果,这些数据必须符合一项相对一致且久经考验记录原则,即协同操作性。

在工地,数据录入可以直接通过平板电脑进行。而遗址的摄影成像,通过高空或者航拍的形式进行,可以用以制作2D和3D的复原。

在考古作业的每一个阶段,我们收集的数据足以使我们进行各式分类和选择,同时生成相应的数据表格(考古报告的技术数据汇总)以及地图和平面图(遗址的细节分布图)。

研究所的重点

对于Inrap来说,这种从田野调查到发掘报告入库上报的一体化考古数据处理方法提供了双重质量保证——数据本身的质量,以及相应的解读与还原的质量。

它还开拓了考古的发展前景,使得考古资料得以永久存档,且有利于其面向学界乃至于其他各界人群的传播和再利用。

考古文物

文保的预防性也决定了其所用方法的科学性。依据各自出土的环境背景不同,不同的考古文物被鉴别并单独登记保存。而某些特殊材质的稳定则需要外部实验室的介入(比如亚铁)。同时,沉积物取样也被用于多种不同的研究:古环境学、寄生虫学、测年(碳-14)。
图片 10  分选室。  Hervé Paitier, Inrap

在项目负责人的领导下,各考古队科研活动的顺利展开也依托藏品管理员网络,而后者专司处理考古文物日常管理中所涉及到的所有工作(清洗、卫生检测、环境调节等)。也正是这些管理员在研究告一段落之后,依现行法律,将全部考古资料移交国家。

注释:

译者注:此处原文所使用的表达是“fouille différée”,从字面直译是 “延迟发掘”之意,“延迟”此处为形容词。然而根据后文,其表达的意思实际上是指不在工地实时完成作业全过程,而是有选择的采集、提取后带回实验室进行后续研究,而此处原文只介绍了两种形式,一是筛分,一是整体提取迁移。从广义上讲,后者可以理解为现在逐渐被接受和倡导的“新”的实验室考古的定义(将在田野考古发掘现场不容易清理和易损坏的遗迹和遗物如丝织品、漆器、木简等,与木质棺椁及周边埋土一起套箱提取,通过移至在室内创造的安全技术条件和良好环境进行发掘清理和研究,最大限度并有效保存、还原墓葬原始状态信息,达到文物安全保护、发掘完整最大化。此处可参见海昏侯相关新闻);而前者却可以是遗存提取保存环节的一部分,而非是如原文所说的“一种形式”。为了兼顾原文和国内实际用词,故选择相对直白的翻译,采用了“异地作业”的翻译,仅作为字面解释,包括前期现场提取和转移后的实验室保护研究两部分,其中有不恰当之处,敬请见谅;如有更合适的译法,更欢迎读者批评指正。

译者注:此处筛分一词取原文“tamisage”翻译而成,仅从广义上理解,有筛选分类之意思。如果从考古中使用的专业术语“筛分”一词所对应之含义出发,原文所表达的意思世纪相对广泛一些(比如浮选)。此处也许是因为两国田野工作规程理念和操作有差异。同样欢迎读者提出更合适的译法。

译者注:此处原文是“interopérabilité”,可以理解为“联合操作性”、“ 协同作业能力”、“共同运作”、“互通性”等等,故请根据文章意会。

原文:

Acteur central de l’archéologie préventive, l’Inrap privilégie lesdémarches innovantes, afin de produire une information de qualité lors desopérations archéologiques qu’il engage. L’institut veille ainsi à améliorer sesprocédés techniques (prospection, décapage, enregistrement, relevés, tamisage,etc.), et à adapter de façon optimale ses méthodes d’investigation à ladiversité des contextes observés.

Depuis la collecte jusqu’à la diffusion des données, l’Inrap s’appuiesur la formidable évolution du numérique en archéologie. Toutes les donnéesrecueillies font l’objet d’un enregistrement, de manière à en optimiserl’exploitation. Car, pour mettre en évidence les traces les plus pertinentes dupassé, l’archéologue doit sans cesse les réinterroger tout au long de sestravaux.

DéCOUVERTE ET MISE EN éVIDENCE DES VESTIGES

Sur le terrain ou en laboratoire, la recherche archéologique commencepar le ciblage des objectifs scientifiques. L’intervention sur le terrain étantirréversible, le responsable scientifique analyse au préalable l’ensemble destechniques à mettre en œuvre pour obtenir la meilleure exploitation possibledes vestiges. De manière globale lors du diagnostic, et plus détaillée lors dela fouille, les archéologues de l’Inrap ont sans cesse à corréler desinformations de natures diverses. Ce afin de détecter, caractériser etcomprendre les contextes favorables à la conservation d’occupations anciennes.

Prospections et études préalables

Les prospections traditionnelles, pédestres et aériennes, ne sontpratiquement plus en usage à l’Inrap. S’y substituent notamment : desinvestigations géophysiques, pour préciser l’extension et l’évolution d’uneoccupation humaine, ainsi que son cadre naturel ; des analyses de données LIDAR(télédétection par laser), en particulier dans les zones peu touchées par la cultureagricole ou sous couvert forestier, pour repérer des microreliefséventuellement liés à des activités humaines.

Les études documentaires, consistant à collecter des informations surle potentiel archéologique d’un secteur, peuvent encore jouer un rôle déterminant,notamment dans les centre-villes anciens.

Diagnostics, décapages et fouille

L’essentiel des découvertes a lieu lors des campagnes de sondagesmécaniques, révolutionnés par l’adoption de la pelle hydraulique. Le décapagedes sédiments révèle les traces les plus pertinentes. La manipulation de petitsengins de chantier (mini-pelles, motobasculeurs) et de machines tellesqu’aspirateurs, balais-brosses ou marteaux-piqueurs est constamment affinée.Quelles que soient les solutions techniques déployées, la qualité scientifiquedes observations reste en majeure partie liée à un savoir-faire très pointu. Lepanel des engins à utiliser selon les différents contextes est régulièrementredéfini et augmenté. Les archéologues de l’Inrap en connaissent la typologie,les caractéristiques et les conditions d’utilisation.

Fouille différée

Le tamisage est une forme de fouille différée, les sédiments étanttraités à l’écart de leur contexte. Filtrer de grandes quantités de sédiments,pour en extraire des lots d’éléments naturels (écailles de poissons, graines…)ou fabriqués (microlithes…), implique une infrastructure et une organisationtrès spécifiques, et des stratégies d’étude à la pointe de la nouveauté.

La fouille différée la plus courante est le prélèvement d’un ensemblecohérent (étudié par la suite en laboratoire), dans les conditions les pluspropices : température, hygrométrie, mesures, prises de vue et enregistrementinformatisés, accès à des collections de référence… Tout comme lors d’uneintervention chirurgicale, certaines analyses (radiographie X, tomographie)permettent d’approfondir le diagnostic de ces ensembles avant même la phase defouille.

ACQUISITION ET EXPLOITATION DES DONNéES ARCHéOLOGIQUES

Outils et méthodes d’acquisition

à l’Inrap, le recueil des données s’appuie sur un assortiment d’outilstechniques et de méthodes adaptés à leur mise en œuvre :

•             Topographie(positions, altitudes)

•             Géophysique(structure du sous-sol)

•             Photographie

•             Dessin (manuel,vectoriel)

•             Numérisation 3D(photogrammétrie, lasergrammétrie)

•             Bases de donnéesd’enregistrement de terrain

•             Systèmesd’information géographiques (SIG)

•             Statistiques

•             Prélèvements ettechniques associées (sédiments, artefacts, écofacts)

•             Analyses(composition, organisation, datation, etc.).

Exploitation des données

Les données récoltées permettent de conserver une trace desobservations effectuées sur le terrain et des interprétations qui en sonttirées. Prenant des formes variées, elles constituent la matière première desétudes portant sur l’interprétation d’un site ou d’un ensemble de sites :description des unités d’enregistrement (unités stratigraphiques, faits,structures, ensembles…), photographies, relevés et levés (topographie, dessin,lasergrammétrie, photogrammétrie…).

Pour être efficacement exploitées et croisées selon des méthodesscientifiques, ces données doivent répondre à des principes d’enregistrementrelativement homogènes et éprouvés : on parle d’« interopérabilité ».

Sur le terrain, leur saisie peut être réalisée directement sous formenumérique, à l’aide de tablettes PC. Les relevés photographiques de sites, enhauteur ou aéroportés, offrent des restitutions en 2D ou en 3D.

à chaque étape de l’opération archéologique, les données engrangéespermettent d’effectuer toutes sortes de tris et de sélections, et de produiredes tableaux de données (inventaires techniques des rapports d’opération) ainsique des cartes et des plans (répartition fine des vestiges).

Un enjeu pour l’institut

Pour l’Inrap, cette nouvelle approche intégrée des donnéesarchéologiques, du terrain jusqu’au versement des archives de fouille à l’état,offre un double gage de qualité : celle des données elles-mêmes, et celle desinterprétations et des restitutions qui en sont issues.

Elle ouvre également la perspective d’un archivage pérenne des donnéesarchéologiques, profitable à leur diffusion, et à leur réutilisation parl’ensemble de la communauté scientifique ainsi que par les divers publics.

Mobiliers archéologiques

La démarche scientifique est conditionnée par le traitement et laconservation préventive des mobiliers archéologiques. Ces derniers sontidentifiés et enregistrés individuellement en fonction des contextes dont ilssont issus. La stabilisation de certains matériaux nécessite l’intervention delaboratoires extérieurs (ex : objets ferreux). Des prélèvements sédimentairessont réalisés en vue de différentes études : paléoenvironnement, parasitologie,datation (carbone 14).

本文由太阳集团游戏网站发布,转载请注明来源

关键词: